Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Profil environnemental régional Centre-Val de Loire

Évolution des dates de floraison du Douglas à Orléans

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 juillet 2019

Évolution des dates de floraison du Douglas à Orléans

La croissance et le cycle biologique de tous les végétaux sont fortement liés aux températures de l’air. Une durée prolongée de températures basses en période hivernale est nécessaire pour permettre par la suite la floraison (période de vernalisation*). Les phases de développement dépendent largement de l’accumulation de « quantités de chaleur ».

On s’attend donc à ce que l’augmentation des températures liée au changement climatique entraîne un allongement de la saison de végétation et donc une croissance plus précoce et plus longue des arbres.

Dans le cadre de programmes d’amélioration génétique du Douglas, l’INRA a enregistré les dates de floraison de cet arbre depuis 1979. Dans la région d’Orléans, jusqu’à la fin des années 1990, les températures printanières se sont accumulées de plus en plus vite ce qui a engendré une avancée de 15 jours des dates de floraison.
A partir de cette date, il est vraisemblable qu’un autre mécanisme s’est mis en jeu : les températures hivernales devenant de plus en plus élevées, le nombre de jours de froids indispensables à la vernalisation des bourgeons a nécessairement augmenté. Ce mécanisme interférant avec le précédent, est probablement la cause du palier actuellement observé au niveau des dates de floraison. La poursuite des observations permettra de savoir s’il s’agit d’un palier ou d’un début d’inversion de tendance.

Le changement climatique s’accompagne également d’une augmentation du CO2 dans l’atmosphère qui devrait avoir pour effet de renforcer la croissance et la productivité des arbres en stimulant la photosynthèse. D’un autre côté, les déficits de ressources en eau prévus par les modélisations du changement climatique amèneront les arbres à être plus souvent en stress hydrique ; ce qui devrait jouer sur leur productivité. La modification des conditions climatiques pose la question de l’adaptation des essences à leur territoire et de l’impact sur leur croissance et leur productivité.

Pour en savoir plus :

* Période de froid subie par une plante, nécessaire pour la faire passer du stade végétatif au stade reproductif, c’est à dire pour enclencher la floraison.