Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Profil environnemental régional Centre-Val de Loire

Évolution du parc automobile électrique et hybride

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 juillet 2019 (modifié le 1er août 2019)

Évolution du nombre de véhicules électriques et hybrides au sein du parc automobile en région Centre-Val de Loire

De nombreuses politiques visant à améliorer la qualité de l’air contribuent également à la lutte contre le réchauffement climatique par la réduction simultanée de l’émission de polluants, et de gaz à effet de serre (GES).

Dans le domaine de la mobilité le premier levier repose sur l’utilisation de véhicules moins polluants, à condition dans le cas des véhicules électriques ou hybrides que l’électricité utilisée soit produite de manière décarbonée. En région Centre-Val de Loire, sur la période 2006-2018, le nombre de véhicules électriques ou hybrides est ainsi passé d’une centaine à plus de 16 000. Le nombre de véhicules avec d’autres types de motorisation est toutefois resté supérieur à 1 250 000 et représente donc encore près de 99 % du parc automobile.

La réduction de l’impact environnemental des transports passe également par la promotion de solutions permettant de limiter l’usage de la voiture en favorisant le covoiturage ou d’autres alternatives comme les transports en commun ou le vélo. Des expérimentations sont également menées pour réduire les émissions de GES par les transports en commun : SNCF réseaux travaille ainsi sur l’optimisation de la traction électrique via le photovoltaïque sur les sous-stations, ou la réutilisation de l’énergie du freinage.

Le développement des mobilités actives (vélo ou marche) contribue aussi à l’adaptation au changement climatique en favorisant une bonne forme physique, qui est un facteur de réduction de la vulnérabilité des populations aux impacts du changement climatique.

Enfin les réflexions portent également sur des changements de pratiques pour limiter les déplacements (« dé-mobilité », télétravail), ce qui permet de limiter les émissions de GES.

Pour en savoir plus :

Voir aussi :

Indicateur Consommation en énergie carbonée par secteurs
Indicateur Émissions de CO2 par EPCI et avancement des PCAET