Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Profil environnemental régional Centre-Val de Loire

Ilot de chaleur et végétation en ville

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 juillet 2019 (modifié le 31 juillet 2019)

Taux de surface arborée dans 3 villes de la région : Tours, Orléans, Bourges

Le dérèglement climatique se traduit en été par des périodes de canicule de plus en plus fréquentes. Ce réchauffement climatique estival est amplifié dans les villes par l’effet d’îlot de chaleur urbain (ICU) : les températures mesurées en ville sont supérieures de plusieurs degrés à celles de la campagne environnante (+ 3°C en moyenne sur l’année dans les villes importantes). Ce dôme d’air plus chaud est engendré par la ville, sa morphologie, ses matériaux, ses activités, et il influence en retour, le climat urbain (températures, précipitations), les taux et la répartition des polluants, le confort des citadins, la santé publique.

Différentes méthodes d’aménagement existent pour diminuer ce phénomène. L’urbanisme et les formes urbaines notamment, la place de l’eau dans la ville. Toutefois, en redonnant une place plus grande au végétal, on contribue de manière significative à une amélioration du confort thermique, de la biodiversité, de la qualité de l’air et du cadre de vie.

100 m2 d’arbres en coeur de milieu urbain, permettent d’atténuer la température de 1°C dans les rues adjacentes sur 100 m.

Corine land cover caractérise le pourcentage de couverture arborée en zones urbaines, agricoles ou forestières. Pour un échantillon des principales villes de la région, cette donnée permet d’approcher la surface couverte partiellement ou totalement par des arbres en milieu urbain. Pour ces villes, le pourcentage de surface arborée dans les espaces urbanisés de façon lâche ou dense varie de 12 % (Tours) à 15 % (Orléans).

Les villes doivent donc anticiper ces nouvelles donnes climatiques afin de limiter les
effets tragiques des pics de chaleur. Cela passe par l’affirmation de leur identité de
"ville jardin" et par les outils de planification (PCAET notamment).

Pour en savoir plus :