Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Risques

Le val d’Orléans

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 octobre 2017 (modifié le 14 décembre 2018)

Premiers travaux du plan Loire IV sur la levée du val d’Orléans

Renforcement du corps de digue


La levée du val d’Orléans forme un système de protection contre les inondations de la Loire de près de 43 km, ce qui fait de lui l’un des 3 plus importants du bassin de la Loire en termes d’enjeux. En effet, cette digue, qui s’étend de Guilly à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin (d’amont vers l’aval), protège 60 000 habitants dans le val inondable.

L’étude de dangers de la levée du val d’Orléans montre que cette digue est sensible à l’érosion interne du fait de sa structure hétérogène, de la présence de maisons encastrées et de canalisations traversantes, pouvant conduire à sa rupture (brèche) en cas de crues.

Le programme de fiabilisation de la levée d’Orléans de 2015 prévoit un ensemble d’opérations de travaux ou d’études inscrit dans le plan Loire IV. Les 2 premières opérations de ce programme consistent en la réalisation d’un écran étanche dans le corps de digue. Leur exécution a débuté à l’été 2017 pour une durée de 2 ans.

À l’automne 2017, l’étanchéité de la digue est rétablie sur 800 m à Guilly et sur 2350 m à Saint-Denis-en-Val. Au printemps 2018, elle a été rétablie sur 3270 m à Sigloy (1650 à l’aval et 1620 à l’amont). A l’automne 2018, l’étanchéité de la digue a été reconstituée sur 2 portions d’environ 200m à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin. Cette dernière phase de travaux, toujours en cours, s’achèvera début 2019.

La technique retenue pour la réalisation de cet écran étanche est celle du mélange en place des matériaux constituant la digue avec un liant hydraulique. Ce procédé présente les avantages d’être rapide tout en générant peu de nuisances. Toutefois, les travaux étant exécutés depuis le sommet de la digue, des perturbations temporaires de circulation ne pouvaient être évitées ce qui a nécessité la mise en place de déviations.

Sur les sections de digues renforcées, les canalisations traversantes ont été traitées par les concessionnaires réseaux quelle que soit leur profondeur. Des travaux préalables de dévoiement ont permis de limiter les interruptions temporaires du réseau concerné. Une opération spéciale de déconstruction puis de reconstruction de la digue a été élaborée afin de retirer tout un ensemble de conduites abandonnées.

Le groupement d’entreprises VINCI Construction Terrassement / SOLETANCHE BACHY avait été retenu pour exécuter ces travaux pour un montant total initial de 7 500 000 € TTC. Ces travaux, inscrits dans le cadre du Plan Loire IV, ont été cofinancés à 80 % par l’État et à 20 % par les collectivités territoriales (Conseil Départemental du Loiret, Orléans Métropole et communauté de communes des Loges).

Portion des 2350m de digue traitée sur Saint-Denis-en-Val
Portion des 2350m de digue traitée sur Saint-Denis-en-Val
DREAL Centre-Val de Loire