Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Risques

Les grandes orientations du plan

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 février 2017 (modifié le 17 mars 2017)

La thématique air intérieur :

Nous passons en moyenne 70 à 90 % de notre temps dans des espaces clos qu’il s’agisse du domicile, du lieu de travail, d’enseignement ou des moyens de transports. Par ailleurs de nombreuses substances et agents sont présents dans ces environnements intérieurs en provenance des émissions extérieures, des activités humaines ou des matériaux de construction et de décoration.

Certains de ces polluants peuvent être cancérogènes et les troubles de santé potentiellement associés à une mauvaise qualité de l’air intérieur sont nombreux, notamment les pathologies du système respiratoire (rhinites, bronchites, asthme). A contrario, une bonne qualité de l’air à l’intérieur d’un bâtiment a un effet positif démontré sur la diminution du taux d’absentéisme, le bien-être des occupants et l’apprentissage.

Dans la continuité des plans régionaux précédents, la région Centre-Val de Loire souhaite continuer d’améliorer la connaissance des polluants présents dans l’air intérieur, notamment dans les bâtiments du tertiaire, dans les transports sur les axes interurbains et dans des habitations proches de zones d’épandage de pesticides. Le choix de ces actions est motivé par les conclusions du diagnostic territorial qui mettent notamment en avant la prégnance de la problématique pesticide dans la région et l’importance du réseau autoroutier.

En outre, seront poursuivies les actions de sensibilisation sur la qualité de l’air intérieur, le domaine de la construction restant un axe privilégié de ces actions de prévention. Les actions concerneront plus particulièrement les jeunes enfants dans les établissements qui les accueillent, les personnes vulnérables qui présentent des pathologies en lien avec la qualité de l’air intérieur et celles en situation de précarité dont l’habitat peut présenter un risque pour la santé.

La thématique air extérieur  :

Sous cette thématique, sont regroupées trois types d’actions différentes :

  • la mutualisation des informations dans les domaines Transports Routiers - Bruit - Climat Air Énergie : cette mise en commun a pour objectif final de produire des fiches transversales Climat-Air-Energie-Bruit à l’échelle régionale mais aussi aux échelles départementales et à celles des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Ces fiches seront mises à disposition à l’ensemble des collectivités de la région Centre-Val de Loire afin d’avoir un diagnostic transversal de leurs territoires facilitant ou impulsant certaines actions et politiques publiques.
  • l’amélioration des connaissances sur la qualité de l’air extérieur La région Centre-Val de Loire est la quatrième région céréalière de France et dispose du 6ème réseau autoroutier de part sa longueur. Ces activités sont à l’origine d’émissions importantes de substances polluantes dans l’atmosphère, qui peuvent être source de troubles sanitaires. Le plan prévoit donc une action visant à renforcer la surveillance en fonction de ces particularités régionales, pour mieux connaitre les expositions humaines, mais également une action visant à mesurer les émissions de particules fines et ultrafines, qui ne font pas l’objet d’une surveillance réglementaire, et qui peuvent avoir des effets sanitaires en raison de leur capacité de pénétration dans l’organisme.
  • la prévention des risques sanitaires liés à des espèces végétales ou animales La biodiversité joue un rôle important dans la préservation de la santé humaine, en assurant des effets positifs sur le bien être humain et l’activité physique (espaces verts en ville par exemple) mais également en assurant une dilution des pathogènes présents dans l’environnement. Des déséquilibres tels que l’introduction d’espèces exotiques envahissantes, le changement d’usage des sols, le dérèglement climatique peuvent perturber les équilibres et augmenter des risques préexistants ou en générer de nouveaux. Le plan prévoit donc le renforcement de la surveillance des pollens allergisants, la mise en place de plans d’actions départementaux visant à endiguer la progression de l’ambroisie plante allergisante, la définition d’un plan d’actions pour améliorer la gestion des risques sanitaires impliquant la faune sauvage (maladie de Lyme, allergie due aux chenilles processionnaires, maladie bactérienne telle la leptospirose ou parasitaire telle l’échinococcose).
  • la thématique eau et substances émergentes L’eau utilisée en région Centre Val de Loire pour la production d’eau potable est essentiellement d’origine souterraine. Les eaux brutes et notamment les eaux souterraines représentent donc un enjeu majeur dans la région en tant que ressource en eau potable. Les différents contextes hydrogéologiques présents conduisent à des degrés de vulnérabilité des aquifères variables, à plus ou moins long terme. La forte vocation agricole de la région, l’existence de zones urbaines importantes, de puits privés pour la consommation humaine correspondent à autant de sources potentielles de contamination des aquifères vis-à-vis de pollutions ponctuelles ou de pollutions diffuses de type nitrates et pesticides, mais également vis-à-vis de substances émergentes.

Le plan prévoit donc :

    • des actions visant à l’amélioration de la qualité de l’eau potable : protection de la ressource, protection des captages permettant l’exploitation de la ressource et amélioration de la gestion des installations d’alimentation en eau potable ;
    • la surveillance de substances émergentes prioritaires dans les milieux aquatiques et les captages d’eau destinés à la consommation humaine. Les substances "nouvelles" à mieux surveiller et connaître sont celles inscrites dans le PNSE 3 (perchlorates, bisphénol A et substances de la famille des nitrosamines, parabènes et phtalates), les micropolluants dits "émergents" dont certaines autres molécules d’intérêt plus particulier comme certains métabolites de pesticides, résidus médicamenteux et vétérinaires (dont vermifuge), les nanoparticules
  • la thématique santé et environnement dans les territoires Le diagnostic territorial santé environnement a permis de réaliser un état des lieux des données disponibles en santé environnement sur la région Centre-Val de Loire. Ce diagnostic identifie plusieurs types de nuisances auxquelles sont exposées les habitants, et identifie certaines zones qui cumulent une exposition aux effets des pollutions sur les milieux eau, air, sol… Pour que ces données soient prises en compte dans les projets d’aménagements, elles demandent pour certaines à être précisées ou être rendues plus accessibles aux collectivités et promoteurs. Le PRSE 3 a donc pour objectif de compléter les informations disponibles, notamment dans l’identification des points noirs environnementaux cumulant des multi-expositions, en améliorant la diffusion des connaissances sur la contamination des sols et en accompagnant les collectivités dans des projets d’aménagements des territoires par la mise en place d’études d’impacts sur la santé.

Sous ce thème sont également regroupées des actions visant à communiquer, informer et sensibiliser autour de sujets liés à la santé et à l’environnement, étape préalable indispensable à la fois pour mobiliser les acteurs autour de ces sujets et pour influencer notablement les comportements individuels et collectifs.
Plusieurs actions de communication sont envisagées, permettant de décliner l’information sur plusieurs sortes de supports (numériques par le biais d’un site Internet, assises / colloques, plaquettes d’information…).
L’accent sur l’éducation, notamment sur les domaines de l’alimentation et de la qualité de l’air a été mis en avant dans ce PRSE 3, afin de prendre en compte les spécificités régionales identifiées dans le diagnostic santé environnement.

Enfin, dans la continuité des actions du PRSE 2, la région Centre-Val de Loire souhaite poursuivre son aide aux porteurs de projets en faveur de l’environnement et de la santé et les accompagner dans la réalisation de leurs actions. Pour promouvoir des actions locales en santé environnement, il est proposé d’utiliser des démarches existantes tels les contrats locaux de santé et de mettre à disposition des porteurs de projets des outils et aides (financiers, méthodologiques ou de communication).
Une attention particulière à la prise en compte de l’environnement et de la santé chez les artisans et les très petites entreprises sera portée dans ce PRSE 3, au travers de l’action n° 34, en lien avec le plan régional Santé au Travail. Une action de sensibilisation et d’accompagnement à l’amélioration des pratiques sur les sujets de l’environnement et de la santé auprès de ces publics s’inscrit également dans l’objectif de créer des environnements favorables à la santé pour tous.