Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Risques
 

Les rejets industriels, agricoles et urbains

 
 
Les substances dangereuses dans les rejets aqueux
Action de recherche et de réduction des rejets de substances dangereuses des installations classées (RSDE)
 
Les rejets polluants dans l’eau en région Centre-Val de Loire

Selon une périodicité définie dans l’arrêté préfectoral d’autorisation, l’exploitant mesure les polluants rejetés par l’entreprise. Lorsqu’il réalise lui-même ses mesures d’auto-surveillance, un double prélèvement suivi d’une double analyse sont réalisés chaque année, simultanément par l’exploitant et un laboratoire indépendant choisi en concertation avec la DREAL. Cette méthode permet de vérifier l’absence de dérives dans les mesures par variations des conditions analytiques.

La DREAL Centre a mis à disposition des industriels un outil de déclaration des données d’auto-surveillance dénommé GIDAF (gestion des données d’auto-surveillance fréquentes). Cet outil permet, notamment, à l’exploitant de gérer ses données d’auto-surveillance et de les transmettre aux services de l’inspection des installations classées.


Réunion d’information sur GIDAF du 15 octobre 2013 - documents de présentations :

 
La directive sur les eaux résiduaires urbaines en région Centre
La directive Eaux Résiduaires Urbaines de 1991 oblige chaque État membre à délimiter les parties de son territoire qui sont eutrophisées ou présentant un risque d’eutrophisation. Elle impose aux collectivités locales des prescriptions en matière de rejets de leurs stations d’épuration urbaines dans ces « zones sensibles ». Les échéances sont déterminées en fonction de la taille de l’agglomération et de la sensibilité des milieux aquatiques à la pollution. Les stations d’épuration urbaines concernées sont obligées de mettre en œuvre des dispositifs plus efficaces de traitement des eaux usées pour l’azote et/ou le phosphore.