Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Profil environnemental régional Centre-Val de Loire

Rendement en blé tendre

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 juillet 2019

Rendement en blé tendre

La région Centre-Val de Loire est avant tout une région productrice de céréales, celles‑ci occupent une bonne moitié de la surface agricole utile (SAU). Le blé tendre en constitue le fer de lance avec 664 milliers d’hectares en 2017, soit 53 % de la sole céréalière régionale.

On observe que depuis les années 1950 et jusqu’à la fin des années 1990, les rendements régionaux en blé tendre ont augmenté de façon nette et régulière (+1,14 q/ha/an en Région Centre Val-de-Loire), ce qui a permis de passer d’environ 17 q/ha (moyenne 1931-1949) à plus de 66 q/ha (moyenne 1986-2003). Cet accroissement spectaculaire s’explique par l’amélioration variétale, combinée à l’accroissement de la technicité de culture (préparation de sol, semis, engrais, protection phytosanitaire, récolte).

A la fin des années 1990, on constate une interruption assez brutale de cette progression, suivie par un net plafonnement des rendements. Le même phénomène s’observe également sur l’ensemble de la France (et même en Europe) avec quelques nuances, l’année de rupture se situant entre 1991 et 2000 suivant le département (Ray et al., 2012).

Le changement climatique explique pour "un tiers à moitié" le plafonnement des rendements en blé tendre observé dans notre région depuis les années 2000 (Brisson & Levrault, 2010) ; des évolutions dans les pratiques agricoles pouvant aussi contribuer au plafonnement des rendements. Deux facteurs climatiques sont à l’origine de cette stagnation de rendement : l’augmentation de l’échaudage et l’augmentation de la période de stress hydrique pendant l’élongation de la tige et le remplissage des grains (Gate et al., 2009). L’occurrence accrue de ces accidents physiologiques d’origine climatique a induit une diminution du rendement comprise entre -0,2 et -0,5 q/ha/an.

Pour en savoir plus :