Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, nature, ressources minérales

Eléments de méthodologie

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 10 décembre 2014

La trame verte et bleue est constituée de réservoirs de biodiversité [1] reliés entre eux par des corridors [2].

Exemple d’éléments de la Trame verte et bleue : réservoirs de biodiversité et types de corridors terrestres (source : Cemagref, d’après Bennett 1991)

Les espaces pris en compte sont notamment :
- pour la trame verte : Les espaces protégés et espaces naturels importants constituent les réservoirs de biodiversité ; les corridors sont constitués des autres espaces naturels ou semi-naturels, formations linéaires et surfaces en couvert environnemental le long de cours d’eau ou plans d’eau.
- Pour la trame bleue : les cours d’eau classés (classement en cours), les zones humides (notamment ZHIEP) et autres cours d’eau ou zones humides importants au titre de la biodiversité.
La trame verte et bleue résulte de la juxtaposition de sous-trames. Chaque sous-trame correspond à l’ensemble des espaces constitués par un même type de milieu :

Figure extraite du guide Comop (ou comité opérationnel) 2
Exemple de Trame verte et bleue composée de sous-trames écologiques spécifiques (source : Cemagref)

Des critères de cohérence nationale sont également définis afin de garantir la cohérence de la trame verte et bleue d’une région à une autre et entre les différentes échelles de travail : espèces et habitats de cohérence nationale TVB (listes espèces et habitats élaborées par le MNHN), prise en compte d’espaces déterminants pour les milieux aquatiques et humides, prise en compte des zonages de protection ou de connaissance existants, mise en cohérence inter-régionale, carte nationale des enjeux de continuité écologique (cartes élaborées par le MNHN).

[1Réservoirs de biodiversité : Espaces dans lesquels la biodiversité est la plus riche, où les espèces peuvent accomplir tout ou partie de leur cycle de vie, qui abritent des noyaux de population d’espèces sauvages ou sont susceptibles d’en accueillir de nouvelles

[2Corridors écologiques : Voies de déplacement empruntées par la faune et la flore qui relient les réservoirs de biodiversité