Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Transports

Trois ans du « Plan Vélo et mobilités actives » : un état des lieux en région Centre-Val de Loire

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 21 octobre 2021

À l’occasion de la semaine de la mobilité, la DREAL Centre-Val de Loire a tenu à faire un bilan des trois ans de la mise en œuvre du « Plan Vélo et mobilités actives » porté par le Gouvernement pendant que Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, annoncent le lancement de nouveaux programmes et l’engagement de près de 250 M€ fin 2021 et courant 2022 pour consolider la pratique du vélo, venant compléter les 600 M€ déjà engagés depuis trois ans.

Depuis maintenant 3 ans, le Plan « Vélo et mobilités actives » porte l’ambition de faire du vélo un mode de transport à part entière des Français. Il a pour objectif de tripler l’utilisation du vélo d’ici 2024, en passant de 3 à 9 % du total des déplacements quotidiens des Français. Les mesures réalisées sont sans appel : par rapport à 2019, on observe + 28 % de passages à vélo sur l’ensemble du territoire et même + 41 % le week-end. Cet engouement inédit au profit du vélo est le résultat d’un engagement sans précédent de l’État (600 millions d’euros d’investissement en quatre ans) et d’une mobilisation de tous les acteurs (collectivités, entreprises, associations).

Depuis fin 2017, les pistes cyclables et voies vertes ont augmenté d’un tiers, soit 13 000 nouveaux kilomètres (53 000 kilomètres au total). À l’occasion du déconfinement, plus de 600 kilomètres de pistes cyclables temporaires ont été réalisés : 80 % ont été ou seront pérennisés.

En région Centre-Val de Loire, le nombre d’aménagements cyclables a augmenté de 57 % depuis fin 2017, passant de 2286 à 3586 kilomètres et se rapproche rapidement des objectifs fixés par les réformes prioritaires de l’État, à savoir un peu plus de 2 700 km d’aménagements en site propre en mars 2022 (objectif atteint à 98 %) et près de 3 800 km en 2024 (objectif atteint à 70 %).

Le Gouvernement s’est pleinement mobilisé pour aider les Français à se mettre au vélo. L’opération « coup de pouce vélo », lancé en mai 2020, a connu un grand succès en permettant : 
de réparer près de 2 millions de vélos chez plus de 4 100 réparateurs ;
• de réaliser 15 000 places de stationnements vélos.

L’État a par la suite multiplié les aides à l’acquisition de cycles :
• Le bonus vélo-cargo : jusqu’à 1 000 € (dans la limite de 40 % du coût d’acquisition) d’aide à l’achat pour un vélo-cargo, une remorque électrique pour cycle ou un vélo adapté aux personnes en situation de handicap. Ce bonus est ouvert aux particuliers dont le revenu fiscal de référence par part est inférieur ou égal à 13 489 €. Il est également ouvert aux personnes morales sans conditions. Les collectivités locales, associations, entreprises peuvent donc en bénéficier ;
• Prime à la conversion : jusqu’à 1 500 € (dans la limite de 40 % du coût d’acquisition) pour les particuliers sans condition de revenu et les personnes morales achetant un vélo à assistance électrique neuf ou d’occasion contre la mise au rebut d’une voiture ou d’une camionnette polluante.

Les ventes de vélo à assistance électrique (VAE) ont ainsi été multipliées par 4 depuis 2016, et ont augmenté de 30 % rien que l’année dernière (135 000 VAE en 2016 contre 515 000 en 2020).

Les freins à l’utilisation de ce mode de transport ont été levés, avec notamment la formation de près de 6 400 cyclistes avec un « stage de remise en selle » et le « savoir rouler à vélo » dont ont pu bénéficier près de 52 000 enfants. Une politique de sécurisation a également été mise en œuvre au travers de l’obligation du marquage vélo pour lutter contre le vol (735 000 vélos entrés dans le nouveau fichier unique d’identification des cycles).

Le Gouvernement a annoncé les résultats de l’appel à projets Avélo2 avec 254 premiers territoires retenus pour leur permettre de s’engager dans une politique en faveur du vélo.

En région Centre-Val de Loire, ce sont 11 projets qui sont lauréats, représentant chacun des six départements. Les territoires concernés sont ceux du Pays de Sancerre-Sologne ; des communes de Chartres, Dreux et Lucé, du département d’Eure-et-Loir ; du Pays de La Châtre en Berry ; de la commune de Vouvray et de la Communauté de Communes Bléré-Val de Cher ; des Communautés de Communes du Grand Chambord et du Val de Cher Controis et de la Communauté des Communes Giennoises enfin.

En région Centre-Val de Loire, 24 projets ont été reconnus au niveau national lors des différents appels à projets « Fonds Mobilités Actives » : 2 sur le premier, 6 sur le deuxième et 16 sur le troisième, signant une remarquable progression du nombre de candidatures – et du nombre de lauréats – à l’échelle régionale. Ces projets, ensemble, représentent un linéaire de 64 km d’aménagements nouveaux. Ils ont obtenu près de 9,5 millions d’euros de subvention, pour un total de 73 millions d’euros de travaux (soit un ratio de 13 %).

Dans ce cadre, près de 250M€ supplémentaires seront engagés fin 2021 et courant 2022 dans trois appels à projets pour utiliser les financements du fonds mobilités actives et subventionner aussi bien les aménagements cyclables des collectivités locales dans chaque région après chaque appel à projets que le développement du stationnement en gare pour atteindre un doublement des places à destination des cyclistes dans plus de 1 000 gares en France et ainsi développer massivement l’intermodalité vélo/train. L’enveloppe consacrée aux aménagements cyclables est de 3,8 M€ pour la région Centre-Val de Loire et de 2,4 M€ pour le stationnement en gare.

Un nouvel appel à projets sera prochainement lancé pour financer des aménagements cyclables sécurisés et répondant aux enjeux des mobilités du quotidien.