Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Accès rapide

Archives des bulletins de situation hydrologique de bassin

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 15 mars 2017
  • Novembre 2013 :
    Les précipitations de septembre et octobre marquent sur l’ensemble du bassin Loire-Bretagne la fin d’un étiage dont la sévérité est restée modérée. Les réserves hydrologiques du bassin, nappes comme retenues artificielles, sont restées à un niveau satisfaisant, et voient ainsi leur recharge commencer de façon précoce.
  • Septembre 2013 :
    Débits des rivières, niveaux des nappes souterraines et niveaux des retenues sont en baisse mais se maintiennent souvent à des valeurs proches des normales, voire supérieures, avec la poursuite d’un étiage dont la sévérité reste donc assez modérée.
  • Aout 2013 :
    Ce mois de juillet marque enfin l’entrée en étiage. Toutefois, et bien que très hétérogènes, les précipitations observées en juillet puis encore début août limitent notablement la sévérité de l’étiage et provoquent même localement des crues.
  • Juillet 2013 :
    Les mois de mai et juin ont encore permis de compléter la reconstitution des réserves du bassin et repoussé le début de leur sollicitation. La fin du mois de juin et le début juillet marquent cependant une nette baisse des précipitations, entraînant un début de sollicitation, encore très modérée, des réserves.
  • Mai 2013
    Les mois de mars et avril ont permis la poursuite de la reconstitution des réserves du bassin, l’amélioration atteignant maintenant la partie amont restée jusque là déficitaire ; le mois de mai débute avec des précipitations significatives, ayant provoqué en particulier des crues sur l’amont du bassin.
  • Mars 2013 :
    Malgré un léger déficit pluviométrique, les mois de janvier et février auront permis la poursuite de la reconstitution des réserves du bassin, avec cependant toujours la persistance d’un déficit sur sa partie amont. Le mois de mars débute avec des précipitations significatives, provoquant notamment des crues sur la partie ouest du bassin, et une certaines reprise des débits sur sa partie amont.
  • Janvier 2013 :
    Ces mois de novembre, puis surtout décembre, auront poursuivi la reconstitution des réserves du bassin, avec cependant la persistance d’un déficit sur sa partie amont.
  • Novembre 2012 :
    Ces mois de septembre, puis surtout octobre, ont connu une reprise des précipitations suffisante pour mettre fin à la période d’étiage et débuter la reconstitution des réserves du bassin, avec cependant une persistance de déficit sur la partie amont du bassin ; la même tendance se prolonge en ce début du mois de novembre.
  • Septembre 2012 :
    Ce mois d’août marque un retour à une pluviométrie très déficitaire sur une grande partie centrale du bassin, entraînant une dégradation de la situation pour les milieux aquatiques et pour tous les compartiments de la ressource en eau ; le mois de septembre débute par la poursuite de ces conditions de déficit pluviométrique.
  • Aout 2012 :
    Les effets du déficit cumulé jusqu’au printemps 2012 continuent progressivement à s’estomper avec ce mois de juillet à nouveau globalement excédentaire.
  • Juillet 2012 :
    L’amélioration observée en avril et mai s’est maintenue en juin ; les nappes profondes restent le seul compartiment de la ressource en eau notablement déficitaire, mais connaissent, elles aussi, une certaine amélioration.
  • Juin 2012 :
    L’amélioration notable observée en avril s’est poursuivie et confortée en mai et durant la première décade de juin, les nappes profonde restant maintenant le seul compartiment de la ressource en eau notablement déficitaire.
  • Mai 2012 :
    Les précipitations excédentaires d’avril et de début mai apportent une amélioration notable de la situation, sans permettre cependant un retour à la normale sur tous les plans, notamment nappes et certaines retenues, qui restent en situation déficitaire.
  • Avril 2012 :
    Le déficit de précipitation observé depuis janvier s’est poursuivi ; il a conduit à l’arrêt de la reconstitution des réserves, souterraines comme superficielles, et à une baisse marquée et particulièrement précoce des débits sur l’ensemble des rivières du bassin.
  • Mars 2012 :
    Un déficit de précipitation en janvier, puis en février, conduit sur l’ensemble des rivières du bassin à des débits particulièrement bas pour la saison, et retarde notablement la reconstitution des réserves, souterraines comme superficielles.
  • Janvier 2012 :
    Les précipitations du mois de novembre, puis surtout celle du mois de décembre, ont marqué la fin d’un étiage sévère et long, et permis le début de la reconstitution hivernale des réserves du bassin. Celles-ci sont toutefois encore loin d’être revenues à un niveau normal.
  • Novembre 2011 :
    Les précipitations nettement déficitaires de septembre et octobre prolongent une situation d’étiage longue et sévère. A l’exception du haut bassin de l’Allier et de la Loire qui a connu un épisode cévenol début novembre, la période de reconstitution des réserves en eau du bassin n’a donc pas favorablement débuté.
  • Septembre 2011 :
    Les précipitations de juillet puis août, associées à des températures modérées, ont largement amélioré les perspectives très préoccupantes ouvertes par la sècheresse persistante observée depuis le début 2011 ; la situation est cependant loin d’être revenue à la normale sur le plan hydrologique compte tenu des déficits accumulés.