Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Accès rapide

Bulletins parus en 2014

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 14 janvier 2014 (modifié le 14 mars 2017)
  • novembre 2014 :
    Après un étiage à dominante plutôt humide, les mois de septembre et octobre ont connu des précipitations inférieures aux normales sur la plus grande partie du bassin, et la reconstitution des réserves n’a donc pas encore significativement commencé.
  • septembre 2014 :
    Les précipitations du mois d’août ont été, comme en juillet, nettement supérieures aux normales ; les ressources en eau du bassin, rivières et nappes aussi bien que retenues artificielles, peu sollicitées et bien alimentées, connaissent une situation favorable, qui prévaut aussi pour les milieux naturels aquatiques.
  • aout 2014 :
    Avec des précipitations très supérieures à la normale et juillet sur la plus grande partie du bassin, avec une augmentation générale des débits et avec une amélioration relative sensible de la situation des nappes souterraines, c’est maintenant une dominante humide qui caractérise l’étiage en cours, et qui persiste en cette première quinzaine d’août.
  • Juillet 2014 :
    L’étiage en cours, débuté sans précocité ni déficit trop prononcés, marque une pause sur l’ensemble du bassin Loire-Bretagne du fait des précipitations observées ce début juillet.
  • Mai 2014 :
    La période de reconstitution des réserves du bassin est maintenant sensiblement terminée et a atteint des niveaux globalement égaux ou supérieurs aux normales ; la sollicitation de ces réserves n’a pas encore significativement débuté.
  • Mars 2014 :
    La reconstitution hivernale des réserves du bassin s’est poursuivie de façon abondante, voire surabondante, entraînant des crues parfois dommageables, particulièrement sur toute la façade ouest.
  • Janvier 2014 :
    La reconstitution hivernale des réserves du bassin se poursuit sur un rythme globalement satisfaisant ; des précipitations très supérieures aux normales fin décembre et début janvier sur toute la façade atlantique du bassin y ont entrainé des crues importantes.