Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Eau, nature, ressources minérales
 

La continuité écologique des cours d’eau du bassin Loire-Bretagne

L’article L.211-1 du Code de l’environnement identifie le rétablissement de la continuité écologique au sein des bassins hydrographiques comme un des objectifs de la gestion équilibrée et durable de la ressource en eau.

La notion de continuité écologique recouvre tous les échanges et les circulations (longitudinales, latérales, et même verticales) qui permettent le bon fonctionnement des hydrosystèmes. L’article R.214‑109 du Code de l’environnement définit ce qu’est, au sens de la réglementation, un obstacle à la continuité écologique : il entrave la libre circulation des espèces biologiques, il empêche le bon déroulement du transport naturel des sédiments, il interrompt les connexions latérales avec les réservoirs biologiques ou il affecte l’hydrologie des réservoirs biologiques.

Schématiquement, les ouvrages transversaux constituant des obstacles à la continuité écologique peuvent avoir deux types d’effets sur les espèces et les milieux :

- un effet « barrière », qui a pour conséquence la perturbation de la circulation des espèces aquatiques ;

- un effet « retenue », qui altère l’hydromorphologie du cours d’eau (forme et dynamique du cours d’eau). L’effet le plus évident est une réduction de la vitesse de l’écoulement et augmentation de la profondeur. Cet effet a pour conséquence une modification du fonctionnement de l’hydrosystème.

Les impacts des obstacles à la continuité sont divers, et dépendent des caractéristiques des ouvrages et du contexte du cours d’eau. Ces impacts sont d’autant plus importants lorsque les ouvrages sont nombreux sur un cours d’eau.

Parmi les différents types d’ouvrages contruits par l’homme qui peuvent constituer des obstacles à la continuité écologique des cours d’eau, les seuils et barrages sont les plus nombreux. Début 2018, ils sont 19 000 recensés sur les cours d’eau du bassin Loire‑Bretagne (66 500 sur tout le territoire métropolitain). Pour la plupart, ce sont des ouvrages de petite taille, qui créent des chutes d’eau inférieures à 2 mètres. Ils ont été construits pour utiliser l’énergie des cours d’eau, parfois pour la navigation, certains pour protéger des prises d’eau ou créer des plans d’eau. Une majorité d’entre eux n’a aujourd’hui plus d’usage économique.

La politique de restauration de la continuité écologique des cours d’eau repose aujourd’hui sur deux leviers complémentaires :

- un levier réglementaire à travers le classement des cours d’eau au titre de l’article L.214‑17 du Code de l’environnement ;

- un levier contractuel à travers la mise en œuvre du programme d’intervention de l’agence de l’eau Loire-Bretagne.

Les orientations 1C, 1D et 9A du Sdage Loire-Bretagne 2016-2021 visent notamment à la restauration de l’hydromorphologie et de la continuité écologique des cours d’eau.

 
 
Continuité sédimentaire longitudinale
Longtemps considérés comme une ressource ou comme une gêne pour l’écoulement des crues, les sédiments grossiers charriés par les cours d’eau sont aujourd’hui clairement identifiés comme un facteur essentiel permettant de préserver et de restaurer l’équilibre hydromorphologique et écologique de la rivière (…)
 
Avis d’information du public au titre de l’article R.214-27 du Code de l’environnement
Le Préfet de Saône-et-Loire porte à la connaissance du public un dossier concernant des travaux sur un ouvrage situé dans le lit mineur du cours d’eau le Sornin, sur le territoire de la commune de la Chapelle-Sous-Dun. Cet avis est publié sur le site Internet de la DREAL Centre-Val de Loire, DREAL de bassin Loire-Bretagne, conformément à l’article R.214-27 du Code de l’environnement.
 
La continuité écologique : qu’est ce que c’est?
Téléchargement des plaquettes "Pourquoi rétablir la continuité écologique des cours d’eau", "La révision des classements de protection des cours d’eau - Un outil en faveur du bon état écologique et de la biodiversité" et "Améliorer l’état écologique des cours d’eau" en format pdf
 
Le classement des cours d’eau au titre de l’article L.214-17 dans le bassin Loire‑Bretagne
La première loi imposant des obligations pour la libre circulation des poissons migrateurs date de 1865. Aujourd’hui, le dispositif réglementaire pour la restauration de la continuité écologique est basé sur deux listes de cours d’eau, définies par l’article L.214‑17 du Code de l’environnement (…)
 
Cartes et données
Téléchargement des données et cartes