Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Bassin Loire-Bretagne
 

Substances dangereuses dans l’eau

"Les substances dangereuses sont les micro-polluants pour lesquels la réglementation vise une réduction ou une suppression des émissions pour la protection des milieux aquatiques. Les autres micro-polluants sont désignés comme des polluants émergents. Les substances dangereuses ont des effets potentiels multiples sur l’environnement et la santé humaine : modifications des fonctions physiologiques, nerveuses et de reproduction (perturbateurs endocriniens).
La difficulté d’appréhension de cette problématique provient du nombre important de substances toxiques (75 000 à 150 000 substances) et de la diversité des sources d’émission. Les principales sources d’émission sont les rejets aqueux, ponctuels et diffus, et les retombées atmosphériques. Parmi les substances toxiques, la directive cadre sur l’eau a défini dans son annexe 10 un groupe de substances dites prioritaires (SP), comprenant des substances dites dangereuses prioritaires (SDP). Ces substances, complétées par des substances de la liste 1 de la directive 76/464, définissent l’état chimique. Par ailleurs, chaque bassin a identifié une liste de polluants spécifiques de l’état écologique (PSEE).
Deux types d’objectifs bien distincts sont définis :
- Des objectifs de rejet
- Des objectifs environnementaux"

(Source : Sdage Loire Bretagne)

Le Sdage Loire-Bretagne comporte plusieurs dispositions visant à poursuivre l’acquisition et la diffusion des connaissances (orientation 5A), réduire les émissions en privilégiant les actions préventives (orientation 5B) et impliquer les acteurs régionaux, départementaux et les grandes agglomérations (orientation 5C).

 
 
Rejets des collectivités. Campagne de surveillance des substances dangereuses dans les stations de plus de 10 000 eh
La note technique du 12 août 2016 impose la recherche de substances dangereuses dans l’eau en amont et en aval des stations d’épuration de plus de 10 000 eh (…)